Actualité - 19/02/2022

♦ QUESTION« Bonjour Docteur, j’ai subi un by-pass en 2015 et j’ai perdu 50 Kg l’année qui a suivi ; depuis j’ai repris 20 Kg, peut-on faire une révision du by-pass ? »

LA CHIRURGIE DE REVISION : on appelle "chirurgie de révision" toute chirurgie secondaire à une intervention bariatrique ayant entraîné une complication ou un résultat insuffisant.

PLUSIEURS SITUATIONS PEUVENT SE PRESENTER :

1) Le reflux gastro-œsophagien est une complication propre à la chirurgie elle-même ; normalement le liquide secrété et contenu par l’estomac est très acide (afin, entre autre, de détruire les microbes avalés avec l’alimentation) et ce liquide acide ne doit pas refluer vers le haut (vers la bouche) à travers l’œsophage son acidité entraînerait alors de graves brulures et des infections pulmonaires à répétition.

-Le diagnostic est simple : sensations douloureuses de brulures derrière la poitrine de bas en haut et toux par irritation de la gorge notamment au réveil.

-Le TOGD et la pH-mètrie confirment le diagnostic.

-Une intervention s’impose, car le traitement antiacide est inefficace : ablation de l’anneau ou transformation de la SLEEVE en BY-PASS (l’estomac se trouvant alors court-circuité il ne peut plus y avoir de liquide acide).

2) Carences alimentaires et vitaminiques ; après toute intervention malabsorptive (c’est-à-dire qui diminue ou supprime l’absorption des aliments et des VITAMINES) qu’il s’agisse d’une dérivation bilio-pancréatique (le plus souvent) mais aussi d’un by-pass classique (beaucoup plus rarement) quelques rares patients maigrissent TROP malgré un suivi nutritionniste bien conduit, et ce, probablement par un trouble de l’absorption des vitamines.

-Le diagnostic est facile : amaigrissement incontrôlé, fonte musculaire…

-Le traitement est toujours chirurgical, mais difficile techniquement.

♦ REPONSE: "Non, il ne faut pas vous réopérer avec un IMC à 36 avant d’avoir essayé un suivi nutritionniste pendant 6 mois SOUS LA SURVEILLANCE D’UN NUTRITIONNISTE" :

LA PERTE DE POIDS INSUFFISANTE OU BIEN LA REPRISE DE POIDS APRES UN AMAIGRISSEMENT CORRECT RESTE LA SITUATION LA PLUS FREQUENTE, très souvent après pose d’un anneau gastrique (intervention pratiquement abandonnée), rarement après une Sleeve Gastrectomie, exceptionnellement après un Bypass.

UNE CAUSE MAJEURE : L’ABSENCE DE SUIVI NUTRITIONNISTE. La gastroplastie par Anneau et la Sleeve Gastrectomie sont des interventions restrictives, c'est-à-dire qu’elles visent à diminuer les quantités alimentaires, mais pas leur absorption par l’intestin, elles ne peuvent donc entraîner de résultat satisfaisant que si cette alimentation est contrôlée régulièrement au mieux par un diététicien.

Personnellement, je demande à mes patientes et patients d’écrire sur un cahier dédié 15 jours de leur alimentation tous les 2 ou 3 mois et de le faire valider par leur diététicien ou moi-même.

SI, ET SEULEMENT SI, le régime alimentaire est correct, il faut alors envisager une intervention de REVISION** : ablation d’anneau, puis SLEEVE, ou BY-PASS en fonction du degré d’obésité et surtout de comorbidités (diabète essentiellement).

** Reprise de la SLEEVE ou plus souvent BY-PASS en cas d’échec de celle-ci après avoir pratiqué un simple gastro-scanner qui permet de mesurer le volume de l’estomac restant (rappelons qu’un estomac normal contient 1,5 litres et qu'après une SLEEVE bien confectionnée sa capacité ne doit plus être que de ¼ de litre).

LA CAISSE D’ASSURANCE MALADIE demande actuellement un dossier complet avant d’autoriser une intervention de révision. Il faut pratiquement refaire tout votre dossier avec les mêmes examens que ceux pratiqués avant la première intervention et notamment 6 mois de suivi nutritionniste, voire un an, sont EXIGES. Suivi, documenté par des preuves écrites : date des consultations par un spécialiste (diététicien, nutritionniste ou endocrinologue) les ordonnances ou prescriptions devant mentionner l’une de ces spécialités.

POUR CONCLURE :

La chirurgie de révision doit rester peu fréquente, elle traduit en général un échec (l’anneau gastrique ne doit plus être pratiqué que pour des raisons bien précises). La SLEEVE doit être de taille suffisante et contrôlée par une radiographie (gastro-scanner), le BY-PASS bien mesuré. Malgré toutes ces précautions, le suivi est indispensable pendant de longues années

Ce suivi n’est pas si contraignant et beaucoup moins que celui imposé par d’autres maladies (diabète, hypertension artérielle….) et il est difficile de comprendre pourquoi 4 consultations annuelles (maintenant par visioconférence) sont si compliquées à obtenir.

© Auteur : Dr. Jean-Pierre ANFROY - Chirurgien